A la une

402- Immigration : ceux qui en parlent pour se faire élire

       … Les immigrés sont mal vus par la population. Les politiciens l’ont vu et l’ont compris. Eux, ils cherchent à se faire élire, avec les voix de la population. Pendant que leurs copains patrons, ou parfois eux-mêmes, font venir des immigrés pour les embaucher, ils promettent de lutter contre l’immigration. En clair, ceux qui nous dirigent font venir des immigrés pour en tirer plus de profits, et prennent en même temps des mesures contre eux, pour se faire élire et ré élire…

401- Fin de la vie : c'est à nous de pouvoir en décider

… On se pose des questions si on ne peut plus se déplacer chez soi, et qu’on doive être bloqué dans un lit médicalisé. Que vaut cette vie si, jour après jour, on oblige aides et soignants à passer, et que ça ne va pas mieux. Que vaut cette vie si l’on se sent de plus en plus comme une lourde charge, que la famille doit supporter, semaine après semaine ? Et doit-on continuer à montrer à ses proches une image de soi de plus en plus abimée ?

            Qui peut alors juger ce si votre état est supportable ou s’il vous est devenu insupportable ? Quel sens a la vie si on ne lui en trouve plus ? Voilà la vérité de la vie et de la mort pour des millions de gens…

400- Nouvelle-Calédonie : après 170 ans de colonialisme

…Macron, lui, a voulu utiliser la force, et ne pas attendre une nouvelle discussion. Un accord avait été trouvé pour ne compter que les Français déjà présents en 1998 et leurs descendants. Macron impose brutalement qu’on compte tous ceux arrivés depuis moins de dix ans, c’est-à-dire 25 000 de plus. C’est exactement cela qui a provoqué l’insurrection des jeunes kanaks, qui n’ont plus obéi à personne. 

            Car il y a un autre problème de fond, c’est l’inégalité, énorme, criante. Les Français qui sont là depuis longtemps vivent évidemment beaucoup mieux que les Kanaks. Et ceux qui sont arrivés plus récemment aussi. Grâce à leurs diplômes, leurs connaissances, c’est eux qui prennent tous les emplois ou les meilleurs…

Nous écrivons pour les prolétaires, les opprimés, les pauvres, et ceux qui sans l’être se sentent de leur côté.

Nous écrivons de manière à être lus aussi par ceux à qui la société n’a pas donné les facilités de lire.

Et nous écrivons de manière que nos textes puissent être ré utilisés, par qui le souhaite, longtemps après leur parution.

 

© L'Ouvrier 2024
ON PEUT PHOTOCOPIER, FAIRE CONNAITRE, DIFFUSER L’OUVRIER
(boîtes à lettres, marchés, affichages dans les cités...)