Editos

402- Immigration : ceux qui en parlent pour se faire élire

       … Les immigrés sont mal vus par la population. Les politiciens l’ont vu et l’ont compris. Eux, ils cherchent à se faire élire, avec les voix de la population. Pendant que leurs copains patrons, ou parfois eux-mêmes, font venir des immigrés pour les embaucher, ils promettent de lutter contre l’immigration. En clair, ceux qui nous dirigent font venir des immigrés pour en tirer plus de profits, et prennent en même temps des mesures contre eux, pour se faire élire et ré élire…

401- Fin de la vie : c'est à nous de pouvoir en décider

… On se pose des questions si on ne peut plus se déplacer chez soi, et qu’on doive être bloqué dans un lit médicalisé. Que vaut cette vie si, jour après jour, on oblige aides et soignants à passer, et que ça ne va pas mieux. Que vaut cette vie si l’on se sent de plus en plus comme une lourde charge, que la famille doit supporter, semaine après semaine ? Et doit-on continuer à montrer à ses proches une image de soi de plus en plus abimée ?

            Qui peut alors juger ce si votre état est supportable ou s’il vous est devenu insupportable ? Quel sens a la vie si on ne lui en trouve plus ? Voilà la vérité de la vie et de la mort pour des millions de gens…

400- Nouvelle-Calédonie : après 170 ans de colonialisme

…Macron, lui, a voulu utiliser la force, et ne pas attendre une nouvelle discussion. Un accord avait été trouvé pour ne compter que les Français déjà présents en 1998 et leurs descendants. Macron impose brutalement qu’on compte tous ceux arrivés depuis moins de dix ans, c’est-à-dire 25 000 de plus. C’est exactement cela qui a provoqué l’insurrection des jeunes kanaks, qui n’ont plus obéi à personne. 

            Car il y a un autre problème de fond, c’est l’inégalité, énorme, criante. Les Français qui sont là depuis longtemps vivent évidemment beaucoup mieux que les Kanaks. Et ceux qui sont arrivés plus récemment aussi. Grâce à leurs diplômes, leurs connaissances, c’est eux qui prennent tous les emplois ou les meilleurs…

399- Guerre : des mots en l'air ou une vraie menace ?

…C’est ce recul américain qui a fait réagir Macron. C’est une chance pour la France, se dit-il. Nous avons en France la plus puissante industrie de guerre en Europe. On sait produire sous-marins, avions de combat, missiles : Thales, Exail, MBDA, Safran, Dassault, Naval Group, KNDS, Eurenco, Aresia, etc. : 4000 entreprises et dix grands groupes. Il faut convaincre l’Europe qu’elle ne peut plus compter sur les Etats-Unis ; il faut qu’elle ait des armements européens…, en clair, des armements français…

398- Expulsions : une machine inhumaine

...Quelque chose comme un million de familles sont propriétaires de la moitié de tous les logements loués dans le privé en France. Sans rien faire du tout, ils se sont enrichis d’un tiers en plus de ce qu’ils avaient déjà il y a vingt ans. Mais entre temps, c’est un demi-million de personnes qui ont été jetées à la rue sur cette période, expulsées de leur logement...

 

397- Espoir : c'est le capitalisme qui n'en a plus

           … tout existe aujourd’hui pour pouvoir vivre autrement. Pour se nourrir, la France, un pays de 68 millions de personnes, n’a plus besoin que du travail de 350 000 personnes, avec des tracteurs guidés par satellite. Le travail d’un seul agriculteur nourrit 200 personnes. Grâce au travail accumulé avec les siècles, tous les humains, sur la planète entière, pourraient, devraient, avoir droit d’office, d’une manière garantie pour tous, dès la naissance, à un logement correct, une nourriture assurée, une santé préservée. Tout ceci serait possible dès aujourd’hui, rien qu’avec les moyens qui existent déjà…

396- Ouvrier : une histoire, une fierté, un espoir

            …Il y a donc un combat entre ceux qui exploitent et ceux qui sont exploités. Et ce combat est une longue histoire, avec des hauts et des bas. Aujourd’hui, le monde ouvrier est en recul. Mais ça ne veut pas dire que l’ouvrier ne sert à rien. Plus que jamais, tout ce qui nous entoure, ce qui nous loge, ce qui nous nourrit, ce qui nous éclaire, nous chauffe ou nous habille, tout le travail ouvrier est indispensable…

395- Climat, planète : un emballage qui cache l'injustice

            … Pour refaire le chauffage aussi, l’Etat a mis en place des aides. Il sait que les appartements mal chauffés ne sont pas ceux des plus riches. Mais c’est pareil : le couple de la classe moyenne devra sortir de sa poche 45 000 euros, malgré les aides, s’il faut rénover le logement. 

            Et si on regarde ce qu’il en coûte à un ménage vraiment populaire, à 1200 euros par mois, on arrive à 25 000 euros qu’il faudrait payer de sa poche : deux années de salaire ! Complètement impossible… 

394- Israël : la guerre contre les Palestiniens

            Si Gaza a été laissé un moment aux Palestiniens en 2005, l’idée d’en reprendre la terre n’a jamais disparu. Deux millions de Palestiniens y vivent ? Eh bien, on va leur mener une vie infernale, jusqu’à ce qu’ils partent, soi-disant volontairement. Voilà ce que visent les bombes israéliennes qui démolissent habitations, écoles et hôpitaux, voilà pourquoi l’électricité et l’eau ont été coupées. On nous dit et on nous répète que tout cela est dû au Hamas, à ses tueries du 7 octobre 2023. Mais cela fait des dizaines d’années qu’Israël agit de cette manière à Gaza. 

393- Israël : quand la religion arrive au pouvoir

... Les ultra-orthodoxes sont maintenant au gouvernement en Israël. En 2022, ils ont donné la direction des colonies juives à des fanatiques qui ne pensent qu’à prendre les terres encore palestiniennes et à éliminer les habitants. Ils ont décidé que la seule langue officielle, c’est l’hébreu ; l’arabe ne l’est plus. Ils ont fait des Arabes palestiniens vivant en Israël des citoyens sans droit collectif. Et c’est avec ces idées qu’ils mènent la guerre à Gaza...

392- Alimentation : qui décide de ce que nous mangeons ?

     … C’est comme cela que se sont construits Nestlé, Coca-Cola, MacDonald’s, Danone, Mars, des monstres à l’échelle du monde. Ils ont mis partout des tonnes de sel pour augmenter le goût, et du sucre pour qu’on en redemande. Et tant pis si les caries aux dents, l’obésité, le diabète deviennent des épidémies mondiales. Le diabète touche un demi-milliard de personnes et coûte 750 milliards d’euros par an…

391- Israël : une politique qui alimente l'antisémitisme

…Israël aurait pu changer de politique. Fort de son nouveau prestige, il aurait pu montrer au monde qu’il pouvait offrir aux Palestiniens sur son sol un sort équitable et fraternel. Mais il choisit de continuer sa politique de domination. Les Palestiniens des territoires qu’il occupe sont considérés sans nationalité. On continue de les séparer, de leur interdire de se déplacer, de les soumettre aux contrôles incessants de l’armée. Ils n’ont pas le droit de construire de logement. Des centaines de milliers de logements, jugés illégaux, ont été démolis depuis 1948…

390- Israël et la guerre permanente

...Israël refuse de laisser exister dignement les Palestiniens, le Hamas refuse de reconnaître l’Etat d’Israël. Mais il n’y a pas un trait d’égalité entre les deux parties. C’est le refus têtu des dirigeants d’Israël de donner une place juste et démocratique aux Palestiniens -et aux Arabes vivant en Israël-, c’est ce refus qui entretient l’état de guerre, et la fait régulièrement exploser.

389- Révolte des jeunes : la police

       …Toutes les révoltes de jeunes, dans telle ou telle ville dans les années 1990, ou au niveau de tout le pays comme en 2005 (21 jours) et en 2023 (7 jours), toutes ont suivi une action de la police : la police avait fait une victime, victime dans laquelle les jeunes se reconnaissent : « Cela aurait pu nous arriver »…

388- Révolte des jeunes : le racisme

            … Ces jeunes ne sont pas les plus nombreux. Mais c’est d’eux dont tout le monde parle. On finit par mettre dans le même sac toute la population d’origine immigrée. Une forme de racisme s’installe. Un racisme anti-arabe, anti-noir. Ce racisme, même ceux qui réussissent à l’école doivent le subir, lorsqu’il faut trouver un logement, un travail. Et une bonne part va rester au chômage…

387- Révolte des jeunes, les quartiers

... Oui, il serait plus humain de pouvoir vivre sans ce qui devient une ségrégation. Mais après cinquante ans d’efforts, on voit que le système n’y arrive pas : les lois du capitalisme font que les riches attirent d’autres riches, du fait du prix des logements. Et la mentalité, qui vient de la division de la société par niveaux de richesse, crée un mépris pour ceux qui sont en-dessous...

386- Révolte des jeunes, les responsables

            ... Pour commencer, les parents des quartiers n’ont pas attendu ces messieurs de la haute société pour se soucier de leurs enfants. « Quand on est mère de deux adolescents qui sont Noirs, dit une maman, on a peur. On sait que même si on les tient, il suffit qu’ils soient dans la rue, même sans rien faire, pour qu’ils se fassent embarquer par la police ».

            Accuser les parents, c’est éviter de parler des vrais responsables. C’est même inverser les responsabilités en disant : si ça brûle dans vos quartiers, c’est de votre faute, c’est que vous éduquez mal vos enfants !...

385- Le jeune, le policier et les Première classe

... Le policier a tiré ; pendant un quart de seconde, il a dû se dire qu’il n’était pas vraiment en droit de le faire, selon la loi. Mais bon, il a si souvent vu ou en-tendu ses collègues en parler : la hiérarchie les protè-ge autant qu’elle peut. Il y a toujours moyen de s’en sortir, il suffira de dire qu’il était menacé par ce voyou, lui, son collègue, ou d’autres personnes. Et il va vraiment déclarer, par écrit, qu’on lui a foncé dessus. Mais voilà, le policier ne le sait pas : il a été filmé. Son tir va provoquer un sacré désordre...

384- Drogue : un produit du capitalisme

...C’est que la drogue est une marchandise idéale pour le capitalisme. Ce système a besoin de vendre, n’importe quoi, pourvu que ce soit vendu et que cela rapporte un bénéfice. C’est pour cela qu’il cherche à créer des besoins nouveaux, que sa publicité s’achar-ne à nous tenter d’acheter. Avec la drogue, pas besoin de créer de nouveaux besoins. Une fois prise, la drogue crée, toute seule, le besoin d’en reprendre. La publicité est inutile, et le marché garanti...

383- Travail : pourquoi la souffrance est toujours là

      ... On nous parle beaucoup des policiers et des gendarmes : 446 décès en mission depuis 40 ans. Mais on ne nous dit rien sur les 2 accidents mortels du travail qu’il y a chaque jour en France, en moyenne ; 645 salariés du secteur privé sont décédés dans un accident du travail en 2021. C’est 70 fois plus que pour la police... 

382- Soudan : les responsables

            … Cela fait des dizaines d’années qu’ici, dans les pays riches, on nous parle du Soudan pour nous dire : guerre, famine, désolation, appels au secours de la population. On ne nous explique pas grand-chose. Ce que l’on comprend, c’est que tout cela vient de l’arriération du pays, des luttes entre tribus, entre ethnies.

            C’est vrai et c’est faux. Car il y a aussi de lourdes responsabilités ici, dans les pays riches…

381- Taïwan : la mèche de la guerre

… Les Américains ont pris l’habitude de faire leurs guerres indirectement : ils s’arrangent pour que cela se passe ailleurs que chez eux. Ou que ce soit une autre armée que la leur, qui se batte. Aujourd’hui, ils font tout pour que l’Ukraine mène une guerre longue, pour affaiblir la Russie. Demain, une guerre entre Taïwan et la Chine serait un très bon prétexte pour qu’ils aillent soutenir Taïwan, en vue d’affaiblir la Chine…

380- Derrière le mépris de Macron : toute une classe sociale

… C’est un monde dont nous n’entendons parler que lorsqu’il y a une crise : les fonds de pension, les grandes banques, les grosses assurances, mais aussi des personnes seules, qui se trouvent posséder un certain capital. Ce monde-là est plus que discret ; mais il jubile, il félicite, il applaudit à l’attitude de Macron de ne pas céder aux manifestants. Car il y va de son argent !...

© L'Ouvrier 2024
ON PEUT PHOTOCOPIER, FAIRE CONNAITRE, DIFFUSER L’OUVRIER
(boîtes à lettres, marchés, affichages dans les cités...)